À nos Atrides !

À nos Atrides !

Un peuple attend le retour de son Roi parti guerroyer depuis dix ans déjà. Sa femme aussi l’attend ; avec le désir de vengeance chevillé au corps. Sa fille aînée a été sacrifiée à cette guerre, elle ne peut l’oublier. Tous craignent ce qui va advenir au retour du Roi ; et ils ont raison : le massacre va avoir lieu.
Mais, des années plus tard, du sang versé doit encore jaillir le sang ; c’est le devoir du fils de venger le père. Fin de l’histoire. De ce cycle d’horreur - le meurtre de la mère par le fils - jaillira la Folie. Celle du fils et celle d’un monde qui ne sait que faire des crimes et des assassins qu’il engendre.
Laurent Perez a adapté les trois tragédies qui composent L’Orestie (Agamemnon, Les Choéphores et Les Euménides) en une seule pièce où l’angoisse sourd face à la violence. Le sentiment du tragique éprouvé, de cette horreur indicible qui semble toujours nous environner, nous laisse sans voix : parce que sans mots.
La parole apparaît donc comme la seule capacité des humains à rompre le cycle : nommer le Mal, le nommer encore et toujours, pour tenter d’en sortir, pour tenter de tendre vers l’idée du Bien, de tendre vers la Justice, celle des humains, et non celle d’une quelconque providence.
Créée en 2002 par Laurent Pérez, L’émetteur est une compagnie de théâtre basée à Toulouse.


1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement