Billetterie Mairie de Montpellier - Théâtre Jean Vilar : Réservez votre billet

Abonnement

  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

A partir de 4 spectacles achetés, bénéficiez du tarif abonné :


- Abonnement - Tarif Plein : 13 €/spectacle
- Abonnement - Tarif Réduit : 9 €/spectacle
- Abonnement - Tarif -16 ans : 3,50 €/spectacle


Delgres

Delgres

  • Jeu. 14 nov. de 20 h à 21 h 30
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Mais qui est le groupe Delgres, dont le premier album Mo Jodi est sorti en août 2018 et qui fait tant parler de lui ? Un trio de blues caribéen, chanté le plus souvent en créole, né il y a quatre ans de la rencontre de Pascal Danaë avec le batteur Baptiste Brondy et le joueur de soubassophone Rafgee.
C’est surtout une aventure intime, un voyage intérieur où la musique devient le véhicule imaginaire, vibrant, d’un vécu personnel, d’une histoire familiale. Et plus largement, du destin d’une partie du monde marquée par le déracinement et la difficile conquête d’une identité. L’une des premières chansons à voir le jour, Mo Jodi, va se révéler décisive. Elle s’inspire de l’héroïsme d’un personnage incontournable de la lutte contre l’esclavage dans les Antilles françaises, Louis Delgrès dont le groupe tirera son nom.
Ce power trio unique, proche des univers des Black Keys et de Hanni El Khatib oscille entre rock sous hypnose, soul tellurique et garage abrasif. Il atteint le stade ultime de cette créolité féconde dans laquelle Edouard Glissant croyait voir la promesse d’un monde moins barbare et plus fraternel.


David Walters, musicien multi-instrumentiste, compositeur, et producteur, il a composé deux albums, Awa en 2006 et Home en 2009. Il a eu l’occasion de faire les premières parties de M, Morcheeba, Gotan Project ou encore Jamiroquaï. Ses lives mixent guitare, voix, percussions atypiques et samples sur un répertoire où se mêlent sonorités caribéennes, rythmiques hip-hop et pop incandescente.


Soirées Échanges et Découvertes

  • Sam. 16 nov. de 20 h à 23 h + autres dates
  • Petite Scène - Montpellier

UNE SCÈNE SANS FRONTIÈRE S'OUVRE À VOUS !! Emblématiques de la Petite scène, ces soirées conviviales et fraternelles proposent aux habitants et aux associations un lieu d’expression artistique. Que vous soyez seul(e) ou en groupe, novice ou artiste très expérimenté, ces scènes ouvertes sont pour vous. Elles font de la Petite scène, un endroit festif, convivial et de mixité. Musique, lecture, poésie, sketches, clown, mais aussi repas tiré du sac et tirage au sort pour deux places aux spectacles du Théâtre, composent le paysage de chaque soirée. Ces soirées régulières sont des rendezvous incontournables où vous pourrez vivre des moments de surprise et d’impromptu. Quel que soit votre talent vous y êtes bienvenu !


Bonjour

Bonjour

  • Mar. 19 nov. de 20 h à 20 h 50
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Ce projet est né de la demande d’une ancienne participante des créations partagées Est-ce ainsi ? (2014) et Rosalie(s) (2015).
Bouchra est femme de ménage, agent d’entretien on dit. Elle a sollicité le théâtre Jean Vilar avec cette envie qui ne la quittait pas de raconter son travail, sa vie dans le travail et son regard particulier sur sa situation, celle des femmes au service de la propreté.
L’auteure et poétesse Natyot a été contactée pour écrire les parcours, traduire les mots et mettre son écriture, sa langue poétique dans les témoignages de Bouchra et de ses comparses.
Huitième création partagée du théâtre Jean Vilar, Bonjour s’annonce une performance vivante et poétique que vous pourrez retrouver dans d’autres lieux au fil de la saison, en collaboration avec nos partenaires.


À nos Atrides !

À nos Atrides !

  • 28 et 29 nov. 2019 de 20 h à 22 h
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Un peuple attend le retour de son Roi parti guerroyer depuis dix ans déjà. Sa femme aussi l’attend ; avec le désir de vengeance chevillé au corps. Sa fille aînée a été sacrifiée à cette guerre, elle ne peut l’oublier. Tous craignent ce qui va advenir au retour du Roi ; et ils ont raison : le massacre va avoir lieu.
Mais, des années plus tard, du sang versé doit encore jaillir le sang ; c’est le devoir du fils de venger le père. Fin de l’histoire. De ce cycle d’horreur - le meurtre de la mère par le fils - jaillira la Folie. Celle du fils et celle d’un monde qui ne sait que faire des crimes et des assassins qu’il engendre.
Laurent Perez a adapté les trois tragédies qui composent L’Orestie (Agamemnon, Les Choéphores et Les Euménides) en une seule pièce où l’angoisse sourd face à la violence. Le sentiment du tragique éprouvé, de cette horreur indicible qui semble toujours nous environner, nous laisse sans voix : parce que sans mots.
La parole apparaît donc comme la seule capacité des humains à rompre le cycle : nommer le Mal, le nommer encore et toujours, pour tenter d’en sortir, pour tenter de tendre vers l’idée du Bien, de tendre vers la Justice, celle des humains, et non celle d’une quelconque providence.
Créée en 2002 par Laurent Pérez, L’émetteur est une compagnie de théâtre basée à Toulouse.


De la Crau

De la Crau

  • Sam. 7 déc. de 20 h à 21 h 30
  • Petite Scène - Montpellier

Les trois musiciens se sont inspirés de l’environnement de Fos-sur-Mer : une bande son qui couvrirait ces fronts de mer bordés d’usines. Ils lient une musique traditionnelle folklorique provençale à une musique industrielle, rock. La contrebasse, les percussions et le déchaînement extatique de la mandole accompagnent un chant puissant, fort. Le trio nous entraîne dans un périple musical, où se rencontrent les sonorités de Lou Reed et de Matar Muhammad.


M.A.I.S.O.N

M.A.I.S.O.N

  • Mer. 11 déc. de 15 h à 15 h 45 + autres dates
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Interprété par une circassienne et un musicien, M.A.I.S.O.N explore le thème de la famille et de la définition que chacun peut lui donner. Il creuse les sillons de la parole et de l’ancrage corporel afin de questionner le rapport intime à la construction des liens familiaux. Qu’est-ce qui fait famille ? Comment se nouent et se dénouent les liens qui unissent les individus ?
Le territoire familial est ainsi une zone de test dans laquelle se façonnent les personnalités. Un territoire invisible et symbolique sur lequel s’expérimente le rapport aux autres et à soi, thématiques éminemment accordées à l’art du cirque.
Entre corps, voix et images, Coline Garcia investit l’espace quotidien pour décortiquer la trame dans laquelle se joue l’expérience familiale.
La compagnie de cirque contemporain, Sterno Circo Occipito Mastoïdienne, créée en 2016 par Coline Garcia est implantée à Toulouse.


Les trois sœurs

Les trois sœurs

  • 19 et 20 déc. 2019 de 20 h à 21 h 20
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Les membres de la famille Prozorov, composée de trois sœurs, Macha, Olga et Irina, et de leur frère Andreï, partagent une demeure provinciale, dans la campagne profonde de Russie. Leur vie est dominée par l’ennui et n’est rythmée que par les visites d’officiers venus de la garnison voisine avec lesquels se tissent des relations amoureuses improbables. Les trois sœurs n’ont qu’un rêve : retourner à Moscou, la ville de leur enfance heureuse. Un jour, la garnison quitte les lieux. La vie reprend et ne changera plus désormais ; laide et mesquine.
Les spectateurs sont invités à un rituel, ordonné par trois actrices, qui vivent avec une intensité démesurée le rapport à leurs personnages. En tant qu’actrices, elles sont fascinées par la pièce mais en tant que femmes, insupportées par l’aveuglement et la bêtise des trois sœurs. Sont associés à ce rituel, un musicien et un
assistant-soigneur – le partenaire universel dans la pièce de Tchekhov – qui aime la poésie de Michel Houellebecq avec lequel il partage un certain pessimisme.
La compagnie In Pulverem Reverteris (Retour à la poussière), créée par Danielle Bré en 1981 est implantée dans les Bouches-du-Rhône.


Repas Concert - Chanté Nwèl

Repas Concert - Chanté Nwèl

  • Sam. 21 déc. de 19 h à 21 h
  • Petite Scène - Montpellier

La Petite Scène s’associe une fois de plus à Solidarité DOM-TOM pour vous offrir une soirée aux rythmes des Antilles ! Une manière de bien préparer les fêtes de fin d’année en partageant les chants classiques de Noël sur les cadences du gwo ka et de la biguine, sans oublier le repas traditionnel avec les incontournables pâtés salés, les boudins rouges épicés et le jambon caramélisé. Des propositions végétariennes et sans porc viennent s’y ajouter afin que tout le monde puisse participer à ce rassemblement fraternel. La musique du groupe PACIFIK BLUE accompagne les réjouissances en deux parties : une première composée de gospels traditionnels revisités avec les rythmes antillais, dont les membres du groupe sont originaires, puis une seconde dédiée essentiellement au « chanté nwèl comme au pays », avec des cantiques d‘église eux aussi revisités « façon antillaise ». Un chaleureux et beau moment en perspective, où le public sera amené à taper des mains, à chanter et à danser, avec toute la ferveur et la joie qui caractérisent la musique caribéenne !


Andy's gone 1 & 2

Andy's gone 1 & 2

  • Ven. 10 janv. de 20 h à 22 h
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Dans Andy’s gone 1, Régine, reine altière et mère éplorée, vient annoncer la terrible nouvelle : Henri le prince héritier est mort ; l’avenir de la Cité est compromis ; l’état d’urgence est déclaré car une catastrophe naturelle de grande ampleur se prépare. Alison, la nièce de Régine est désignée pour prendre sa succession. S’engage alors un face à face implacable entre deux visions irréconciliables : l’une veut préserver et conserver les apparences de la gloire, quel qu’en soit le prix, l’autre, vibrante et rebelle, veut briser les frontières et faire tomber les murs.
Écrire une adaptation contemporaine d’Antigone à destination d’un public adolescent, telle a été la commande d’écriture faite à MarieClaude Verdier, jeune auteure québécoise, par le metteur en scène Julien Bouffier. L’univers feuilletonesque, fondé sur la confrontation et l’opposition des personnages, a imposé une suite : Andy’s gone 2, avec un jeune comédien, cette fois. Les étrangers sont aux portes de la Cité, réclamant assistance…
C’est à l’intégralité des deux saisons que nous vous proposons d’assister chaque soir, dans un dispositif immersif et participatif, où l’imaginaire de chacun se trouve convoqué et augmenté.
La compagnie Adesso e Sempre a été créée en 1991 à Paris avant de venir s’implanter dans l’Hérault.


Dakha-brakha

Dakha-brakha

  • Jeu. 16 janv. de 20 h à 21 h 30
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Le groupe Dakhabrakha a été créé en 2004 au sein du théâtre Dakh à Kiev, en Ukraine. Issu du milieu universitaire et artistique, ce quatuor a arpenté pendant des années les villages d’Ukraine pour collecter des chansons populaires avant qu’elles ne disparaissent à tout jamais.
Si la « folk » de leur pays les a d’abord nourris, ces quatre artistes ont su y mêler des influences diverses et des rythmes du monde entier. Costumes traditionnels, polyphonies ancestrales, chants d’oiseaux, instrumentation minimaliste qui emprunte aux transes africaines et orientales, l’ensemble nous transporte dans une frénésie joyeusement foutraque et terriblement authentique.
« Un bel envoûtement, l’hallucination totale un vrai choc durable, la sensation d’avoir trouvé une musique tradi-moderne, à la fois ancestrale (les instruments, les polyphonies traditionnelles) et neuve (les rythmes de transe, l’influence du hip-hop). De la musique pechno, tribale et hors du temps, aussi bonne qu’une rave dans un champ au milieu de nulle part, et au cœur de tout. » Les Inrocks.


Ombre

Ombre

  • Mer. 22 janv. de 15 h à 15 h 50 + autres dates
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Les plus grands voyages commencent au plus près de nous. Pour nous en convaincre, Lamine Diagne et Rémi Lambert font vivre et vibrer une chambre d’enfant, avec ses symboles réconfortants et ses zones obscures. Durant trois nuits, le petit Dante explorera les recoins mystérieux de sa chambre : un voyage initiatique, guidé par une ombre rassurante.
Au cours de cette traversée, le familier deviendra étrange, et l’étrange, un peu plus familier. Avec au bout l’espoir d’apprivoiser ses peurs en accédant à la lumière, mais aussi de rendre hommage à la part d’ombre du monde et à la part d’enfant de chacun.
La Compagnie de L’Enelle a été créée à Marseille, en 2003 par Lamine Diagne, conteur et multi-instrumentiste.


Le Roi Lear [ chronique ]

Le Roi Lear [ chronique ]

  • Jeu. 30 janv. de 20 h à 21 h 45
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Si Le Roi Lear est souvent tenu pour la plus noire des grandes tragédies shakespeariennes, c’est aussi l’une des plus humaines. Le roi Lear décide de partager son royaume entre ses trois filles. Les deux premières, pour plaire à leur père et recevoir le meilleur lot, récitent un joli compliment. Cordélia, la plus jeune, refuse ce concours d’hypocrisie. Le vieux roi, d’autant plus déçu qu’il la préférait, la renie. Par ce geste, il se renie lui-même. Pour retrouver son être, il devra perdre son rang, sa raison, sa vie. Les interprètes sont les enfants de Lear puis endossent tous les personnages de la pièce. Ils sont finalement tous ces enfants qui racontent leurs pères. Qui observent leurs dérives. Tout comme le spectateur observe la chute de Lear.
Créée en 2007 à Montpellier, La compagnie provisoire aime investir des espaces et des territoires à la rencontre des publics, en créant des spectacles désencombrés de toute machinerie théâtrale. Elle nous offre une expérience unique sous le titre Un jour un théâtre de voir circuler ce spectacle dans six théâtres de la Métropole.


IMAGO-GO

IMAGO-GO

COMPLET
  • Jeu. 6 févr. à 20 h
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Imago-go est une pièce sur la figure de la majorette, ses attributs et son langage chorégraphique dont vont s’emparer les corps des interprètes.
Pour la chorégraphe Marta Izquierdo Muñoz, la majorette évoque la femme sexy, la femme militaire ou encore la femme poupée. Elle incarne un symbole patriotique, représente un pays, sert une idéologie, encourage les troupes…
Ici, la majorette sera marginale. Un clown triste qui actionne le rire par l’effroi. Mais aussi séductrice et dangereuse comme les sirènes de la mythologie, ou la maîtresse dominatrice avec son bâton.
Les majorettes sont des virtuoses et ce spectacle mettra en compétition les quatre interprètes dans des numéros acrobatiques et vertigineux. Il y aura aussi de la désagrégation dans l’air et de la solitude en vue. La majorette n’aime que son bâton et lui parle parfois, tel Hamlet qui se demanderait si « To be or not to be » est une bonne question à se poser.
Née à Madrid, Marta Izquierdo Muñoz a créé en 2008 sa compagnie [lodudo]producciòn, d’abord basée en Bretagne puis en Occitanie depuis 2013.


Perplexe

Perplexe

  • Du 26 au 28 févr. 2020 de 20 h à 21 h 30
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

De retour de vacances, Robert et Eva s’aperçoivent de quelques changements dans leur appartement : une odeur étrange, la présence d’une plante inconnue ou encore un problème d’électricité. Arrivent Sébastien et Judith qui s’en sont occupé en leur absence. Ils sont envahissants, désinvoltes et occupent le domicile comme s’ils se trouvaient chez eux… D’ailleurs, ils finissent par leur demander de quitter les lieux.
Perplexe glisse alors vers les zones mouvantes et improbables de l’absurde. Les identités des différents personnages ne font que fluctuer, dans un réel qui ne cesse de se distordre. On s’amuse de ces moments grotesques qui se chassent l’un l’autre, qui ouvrent des espaces de réflexion sur la perception du réel, la condition humaine, la confusion et la dispersion de nos vies.
Nicolas Pichot s’empare de cette comédie cinglante et hilarante, dans laquelle l’humour et la légèreté rendent la tragédie plus tangible et plus intense.
Tout en conservant l’ADN d’un théâtre populaire, la Compagnie de l’Astrolabe, créée à Montpellier en 2008 s’oriente résolument vers l’écriture contemporaine. Elle a fait de l’Imprimerie, son lieu d’accueil, d’échange et de recherche théâtrale.


Pacamambo

Pacamambo

  • Mer. 4 mars de 15 h à 15 h 55 + autres dates
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Le projet secret de Julie ? Casser la gueule à la mort. Révoltée par la mort de sa grand-mère, qui était tout pour elle, notre héroïne préfère imaginer qu’elle a rejoint le pays de l’amour absolu appelé Pacamambo. Elle part à sa recherche, accompagnée dans son voyage par la Lune, le Psy ou encore Madame la Mort, à la poursuite du secret de la vie.
Wajdi Mouawad, sur un ton rageur et ludique, donne la parole à l’intarissable colère et au sentiment d’injustice face à la mort d’un proche. La parole questionne, dispute, s’exerce et ose mener une bataille contre la réalité. Ce conte merveilleux et fantaisiste accompagne et dépayse le spectateur dans son questionnement et sa peur car comme le dit l’auteur « J’écris non pas pour parler de la mort, mais pour aimer la mort ».
La compagnie Alegria Kryptonite a été créée en 2007 par Amélie Nouraud avec des comédiens de l’École Nationale Supérieure Dramatique de Montpellier. Elle explore le théâtre contemporain et la création pour la jeunesse.


Yemen blues

Yemen blues

  • Jeu. 12 mars de 20 h à 21 h 30
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Formidable melting-pot oriental, Yemen Blues élève les cultures au-dessus des murs. Avec ses propres références, ses tonalités hautes et son swing très soul, ce chant yéménite explose.
À la croisée du blues, du funk et du rock, la musique de Yemen Blues est teintée des différentes influences du Moyen-Orient. Prouvant une fois encore l’intemporalité des grooves ancestraux, le groupe, mené par le très charismatique Ravid Kalahani, serpente entre la musique noire-américaine et les vibrations du désert saharien, gnawi, touareg ou bambara.
« À la suite des coups de cœur que j’ai éprouvés pour les artistes de l’Afrique du Nord et de l’Afrique de l’Ouest, je me suis mis à chanter comme eux. Mais cela m’a ramené à mes racines et je me suis surpris à chanter une sorte de blues arabe africain. Je vois du blues dans chaque culture. Ça vient du même endroit, ça va au même endroit et ça m’a amené à un endroit dans lequel je peux chanter ma propre culture. »
Après la sortie mondialement remarquée de leur premier album et une tournée internationale, Yemen Blues revient avec un nouvel opus, Insaniya, produit par le légendaire Bill Laswell, collaborateur, entre autre, de Brian Eno, d’Afrika Bambaataa et producteur de Fela Kuti ou encore Herbie Hancock.


Burning

Burning

  • 19 et 20 mars 2020 de 20 h à 20 h 50
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Objet scénique singulier, Burning (Je ne mourus pas et pourtant nulle vie ne demeura), relève à la fois du cirque documentaire et de la poésie chorégraphique. Né de l’envie de replacer l’individu au centre, ce spectacle mêle travail de corps, d’image et de voix pour aborder la question du burn out et témoigner de la façon insidieuse avec laquelle s’installe la souffrance au travail.
Un homme-personnage anonyme, acrobate, se démène avec application pour garder l’équilibre dans un environnement qui le contraint. Enchaînant les tâches absurdes et répétitives, il tente de rester debout malgré les éléments qui le font basculer.
En écho à ce parcours physique, la voix de la poétesse Laurence Vielle égrène les mots d’une lente combustion intérieure.
Ce spectacle a été lauréat du Prix de la Critique 2018 dans la catégorie meilleur.e auteur/autrice.
Originaire de Bruxelles, L’habeas Corpus Compagnie a été créée en 2012 par l’artiste de cirque Julien Fournier.


Les enfants c'est moi

Les enfants c'est moi

  • Jeu. 26 mars de 14 h 30 à 15 h 35 + autres dates
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

C’est l’histoire d’une femme clown qui rêve de s’épanouir dans le rôle de mère. Bercée par ses rêves et sa fantaisie, elle va être rattrapée par la réalité. Accompagnée du musicien Tim Fromont Placenti, la comédienne Amélie Roman illumine de sa présence joyeuse et décalée les multiples facettes de cette histoire. Elle propose aux plus grands de se reconnecter à leur part d’enfance et invite les enfants à se hisser sur la pointe des pieds.
« Cette histoire d’adulte, qui a tout d’un jeu d’enfant, brouille les codes, efface les frontières. […] Ce spectacle interroge chacun à son endroit, sur sa place d’enfant ou d’adulte et de parent. » Télérama - Avril 2018
Implantée en Région Hauts-de-France, la compagnie Tourneboulé propose des spectacles mêlant théâtre, jeu d’acteurs et marionnettes.


L'éveil du printemps

L'éveil du printemps

  • 31 et 1er avril 2020 de 20 h à 21 h 50
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Paru en 1891, L’éveil du printemps demeure une œuvre incontournable : sa peinture des troubles de la sexualité naissante chez un groupe d’adolescents, son réalisme psychologique et la qualité de ses intuitions seront admirés par Freud lui-même. Brocardant joyeusement les instances religieuses, pédagogiques et parentales, Frank Wedekind n’hésite pas à attaquer frontalement l’hypocrisie morale de son époque.
Dans sa dimension symboliste et poétique, cette pièce est une fable initiatique à la portée universelle, l’apprentissage du désir au sein de l’ordre collectif, le passage de l’adolescence à l’âge adulte tel qu’il est vécu par chaque être humain. Tout y est décrypté à partir du point de vue d’adolescents, de leur ignorance, de leurs illusions, de leurs terreurs et de leurs fantasmes.
Sébastien Bournac s’est entouré d’une troupe de sept jeunes comédiens issus de l’atelier du Théâtre de la Cité de Toulouse. Ensemble, ils ont relu cette tragédie enfantine comme « une peinture ensoleillée de la vie ».
La compagnie Tabula Rasa est implantée en Midi-Pyrénées depuis sa création en 2003.


Un homme qui fume c'est plus sain

Un homme qui fume c'est plus sain

  • 23 et 24 avril 2020 de 20 h à 21 h 30
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Une réunion de famille. Sept frères et sœurs se retrouvent pour les obsèques de leur père. Ils se sont perdus de vue depuis des années. Il y a les absents qui osent à peine mettre les pieds chez eux parce qu’ils ne savent plus comment être là, ensemble, dans ces lieux pourtant si familiers. Il y a aussi ceux qui sont restés, solides comme des rocs, sur lesquels les autres s’appuient en cas de crise mais qui s’effritent à l’intérieur. Le conflit est sous-jacent, les questions planent, jetant des ombres sur cette rencontre qui devrait être pleine de tendresse familiale.
Comment se parler après tant d’années d’absence, comment se souvenir, comment se reconnaître ? Et surtout, qu’est-ce qui les a séparés pendant tout ce temps ?
BAJOUR est un collectif créé en 2015 par d’anciens élèves de l’École Supérieure du Théâtre National de Bretagne.
Ce spectacle d’une énergie et d’une beauté impressionnantes a obtenu le Prix des Lycéens au festival Impatience 2017.


C'est ce soir ou jamais

C'est ce soir ou jamais

  • 29 et 30 avril 2020 de 20 h à 21 h 30
  • Théâtre Jean Vilar - Montpellier

Comment réussir le plus surprenant spectacle de cabaret quand, au moment où le rideau va s’ouvrir, les artistes ont disparus ? En essayant de retrouver l’atmosphère des cabarets munichois d’avant-guerre, Pierre Barayre rend hommage à Karl Valentin et Liesl Karlstadt, sa compagne de scène.
Ces deux figures populaires de cabarettistes allemands, congénères de Buster Keaton et Laurel et Hardy, sont reconnues pour la radicalité de leur humour grinçant et la virtuosité de leur verbe, précurseur du théâtre de l’absurde.
Sur des textes de l’auteur et des musiques créées avec sa comparse ou empruntées à Kurt Weill, Léa Bulle et Pierre Barayre, accompagnés de leur fidèle régisseur vont, dans l’outrance, tout faire… et donc ne rien faire. Entre excitation et apathie, les deux artistes ont l’éclatant désir d’éviter le questionnement ultime et fatal de leur utilité.
Fondée en 1986, la compagnie Pierre Barayre est implantée en Languedoc-Roussillon depuis 2006 sous le nom de Théâtre Hirsute. Elle a à son actif une cinquantaine de créations.